Maladie de décompression

Tout savoir sur Maladie de décompression

Description

Le sport de la plongée, qui est devenu si populaire ces dernières années, n'est pas sans risques, et l'un d'eux est la maladie de décompression.

Dans un premier temps, nous devons noter que les cours pour apprendre à plonger doivent être effectués dans des écoles accréditées est il est important de subir un examen médical d'aptitude, éventuellement avec un spécialiste en médecine de plongée, car il y a des facteurs pathologiques qui peuvent contre-indiquer leur pratique.

Les plongées doivent être faites de façon responsable, en s'assurant que la trousse de premiers soins et les numéros de téléphone des centres de services sont à portée de main. Vous devez connaître les symptômes et être en mesure de fournir les premiers secours au plongeur affecté.

Qu'est-ce que la maladie de décompression?

Cette maladie est due à la formation de bulles d'azote dans des zones du corps qui peuvent les faire passer dans le sang (conduisant à des événements emboliques), ou rester là où elles sont formé et migrer ailleurs, provoquant des symptômes différents.

Les bulles se forment lorsque le plongeur remonte des profondeurs, où il y a plus de pression qu'à la surface où la pression est plus faible, dans un espace de temps trop court.

Les symptômes apparaissent peu après avoir fait surface, allant du mal de tête, des étourdissements et d'une fatigue simple, à une douleur dans les articulations, des troubles cutanés, des troubles neurologiques (paralysie) et même dans les cas graves, un choc et la mort.

Si vous pensez que vous souffrez de la maladie de décompression, arrêtez la plongée, commencez les premiers soins et allez dans un centre spécialisé en médecine subaquatique. Le traitement consiste à administrer de l'oxygène à 100% sur les lieux de la plongée et pendant le transport, suivi par un traitement en caisson hyperbare.

Pourquoi est-ce arrivé?

L'azote constitue 70% des gaz dans l'atmosphère et est présent dans l'air que nous respirons et dans les bouteilles qui sont utilisées pour la plongée. Lorsque vous êtes submergé, la pression augmente proportionnellement à la profondeur atteinte, de sorte que le plongeur respire de l'air à une pression beaucoup plus élevée qu'à la surface. En augmentant la pression de l'azote, une grande partie de ce gaz a tendance à pénétrer dans les tissus.

La quantité d'azote dissous dépend de la profondeur et de la durée de la plongée: plus elle est longue et plus vous allez en profondeur, plus la quantité d'azote absorbée par les tissus du corps sera grande. Ce n'est pas un problème tant que le plongeur reste à la même pression, mais lorsqu'il remonte la pression diminue et l'azote a tendance à quitter les tissus et à être éliminé par les poumons pour expulser l'air.

Si la remontée dépasse la vitesse à laquelle le gaz dissous est en mesure de quitter les tissus, des bulles se forment dans la circulation sanguine ou restent dans le tissu, ce qui cause une gamme de symptômes qui peuvent être graves.

Pour réduire le risque de formation de bulles, vous devez suivre les normes de sécurité:

  • Remontez lentement, à un taux ne dépassant pas 12 à 18 mètres par minute.
  • Effectuez une décompression certains niveaux de profondeur.

Il y a des tableaux qui établissent la relation entre la profondeur et le temps d'immersion, en indiquant les arrêts à faire, à quel niveau de profondeur et pour combien de temps. Cependant, ces tableaux ne garantissent pas que vous n'allez pas subir la maladie de décompression, car elle est influencée par d'autres facteurs comme l'âge, l'obésité, l'exercice, le froid, certains médicaments et le sexe (les femmes sont plus exposées que les hommes).

Le plongeur doit connaître le profil de décompression le mieux adapté à son activité et ajouter à celui indiqué dans les tableaux toutes les modifications de sécurité basées sur ces facteurs.

Quels sont les symptômes?

  • Maux de tête, vertiges, fatigue inhabituelle. Éruptions cutanées. Aussi, douleurs articulaires, picotements dans les bras ou les jambes, faiblesse musculaire ou paralysie. Dans certains cas, des difficultés respiratoires, des troubles de la conscience et même la mort.
  • Les symptômes apparaissent généralement peu après avoir quitté l'eau ou pendant les derniers stades de la montée dans les formes les plus sévères. Dans près de 80% des cas les symptômes apparaissent dans les 2 premières heures après la plongée et le reste dans les 24 heures suivantes. Si les symptômes apparaissent plus de 24 heures après la plongée, il est peu probable que ce soit un accident de décompression, mais il y a des exceptions.
  • Si le plongeur est soumis à une diminution significative de la pression atmosphérique pendant 12 ou 24 heures (escalade, vol, etc.) un accident de décompression peut se produire tant que la basse pression facilite la formation de bulles dans les tissus qui étaient déjà saturés d'azote.

Que faire pour l'éviter?

  • Se conformer strictement aux normes de sécurité (plongée en paires, vitesse de montée appropriée, comme indiqué dans les tableaux de décompression).
  • Ne plonger que dans les limites établies dans les tables de plongée.
  • Garder un rythme lent et tranquille pendant l'ascension, ne dépassant pas 12 à 18 mètres par minute.
  • Essayez d'éviter les plongées nécessitant des paliers de décompression dans l'eau.
  • Faites un arrêt de sécurité pendant 3 minutes à une profondeur de 5 mètres.
  • Ne pas plonger à plus de trois fois par jour.
  • Si vous avez plusieurs programmes de plongée dans la même journée, commencez par celui qui est le plus profond.
  • Si vous plongez pendant plusieurs jours, prenez une journée de congé toutes les deux ou trois jours.
  • Ne forcez pas avant ou après la plongée.
  • Buvez beaucoup de liquides avant de plonger.
  • Évitez l'alcool avant une plongée.
  • Assurez-vous que vous êtes reposé et en bonne forme physique. Ayez des examens médicaux régulièrement. Si vous souffrez d'une maladie quelconque, consultez un spécialiste avant d'effectuer une plongée.
  • Ayez un intervalle d'au moins 24 heures entre la plongée et un vol ou l'escalade d'une montagne. Si vous avez eu un traitement de recompression en chambre hyperbare, l'intervalle doit être d'au moins 48 heures.

Comment est-elle diagnostiquée?

Dans la plupart des cas, le profil de la plongée (nombre de plongées, profondeur, durée, vitesse de remontée et de décompression) avec des facteurs tels que l'état froid, les courants, les efforts et l'état physique d'un plongeur vont fournir des indices sur le diagnostic.

Après un examen approfondi (tests pour évaluer l'équilibre, la coordination, la sensation, les réflexes et la force musculaire), le médecin peut diagnostiquer la condition et décider de transférer le plongeur vers un caisson hyperbare.

Prévisions

Le pronostic dépend de la gravité, des facteurs individuels, de l'urgence, du type et de l'efficacité du traitement appliqué. Avec un traitement approprié on peut prévenir des dommages permanents. Plus le délai s'allonge, plus il y a un risque de conséquences graves.

Si vous avez un soupçon, appelez un médecin, car cette condition pourrait empirer et devenir très grave.

Après le traitement, la personne doit se reposer pendant quelque temps. Le repos dépend de la sévérité des symptômes et des résultats thérapeutiques.

Comment est traitée la maladie de décompression?

Sur le site de plongée et pendant le transport:

  • Premiers secours ou réanimation cardiorespiratoire si le plongeur est inconscient.
  • Demandez de l'aide.
  • L'administration d'oxygène à 100% à un taux de 10-15 litres par minute.
  • Réhydratation orale (boissons liquides), si le plongeur est conscient.
  • Ne pas laisser le plongeur faire des efforts.
  • Ne jamais plonger à nouveau dans l'eau.

Dans l'hôpital et dans les centres, le seul traitement efficace est un caisson hyperbare thérapeutique.

  • Un caisson hyperbare est un réservoir en acier qui peut être pressurisé.
  • Ils sont disponibles dans plusieurs endroits, certains se trouvent dans des installations de l'armée.
  • La pression d'une chambre hyperbare est accrue par la fermeture des portes et le pompage de l'air à l'intérieur.
  • On peut appliquer un traitement différent en fonction des tableaux et des symptômes ou la gravité des symptômes.
  • Pendant le traitement, la pression est augmentée pour correspondre à celle trouvée à 18 pieds de profondeur.
  • Dans certains cas, la pression de la chambre l'équivalent de la pression à 50 mètres.
  • Dans la chambre, le plongeur respire de l'oxygène pur à travers un masque, ce qui augmente l'élimination de l'azote.
  • La pression de la chambre est réduite graduellement jusqu'à ce que le plongeur atteigne la pression de surface.
  • Le traitement dure généralement plusieurs heures.
  • Pendant le traitement, une infirmière restera avec le plongeur au moyen d'une caméra.
  • L'état du patient est constamment surveillée et la coordination, l'équilibre, la sensibilité, etc.vont être constamment réexaminés
  • Si nécessaire, le médecin entrera dans la chambre, mais les contrôles se font généralement de l'extérieur, en collaboration avec l'infirmière.
  • Après le traitement le plongeur restera sous observation pendant 24 heures, au cas où son état s'aggraverait.
  • Dans la plupart des cas vous avez seulement une séance de thérapie, mais parfois il en faut plus.
  • Après le traitement, le plongeur doit se reposer un peu. L'intervalle devrait être discuté avec un spécialiste en médecine subaquatique.

      Vous avez des questions sur Maladie de décompression?

      • Posez votre question gratuitement aux milliers de professionnels inscrits sur Doctoralia.
      • Les spécialistes en Maladie de décompression recevront votre question et y répondront gratuitement.

      Votre question sera publiée anonymement.

      • Votre question sera publiée anonymement.
      • Posez une question concrète, en vous focalisant sur une seule question médicale à la fois.
      • Soyez bref et concis.
      • Ce service ne remplace en aucun cas une consultation avec un professionnel de santé. Si vous avez un problème, contactez votre médecin ou allez aux urgences.
      • Le service ne permet pas d'obtenir de 2e opinion ou de faire une consultation sur un cas concret.
      Afin d'offrir un service de meilleur qualité, nous utilisons des cookies de Doctoralia et de tierces. En continuant vous acceptez notre politique de cookies. En savoir plus X